J’ai des doutes envers la définition d’un corps unique qui nous lirait à la nature. Le territoire des corps, humains et objets, se situent dans l’histoire comme une lente transformation et non comme une matière fixe. Je pense que, notamment en occident, nous avons eu tendance à le fixer, comme une certaine mécanique. Mais cette mécanique nous dépasse. Je vois dans les processus de transformation une meilleure lecture pour cerner en quoi le corps échappe depuis toujours à ses définitions, et simplement « mieux nous sentir sentant. »